J'ai appris à aimer peinturer - Caroline Dumais
Caroline Dumais

Éternelle rêveuse et optimiste, pour moi la vie vaut la peine d’être vécue malgré tout. La perte de ma mère à un âge très jeune, 9 ans, a fait de moi une fille qui mord dans la vie et qui ne baisse jamais les bras. J’ai la chance d’être bien entourée avec ma famille et mes amis et amies. Alors, avec ce blog, je vais partager avec vous mes hauts et mes bas, au gré de mes envies…

J'ai appris à aimer peinturer

J'ai appris à aimer peinturer - Caroline Dumais

J’avais une envie folle de repeindre mon appartement. J’ai un logement en plein centre-ville, bien situé, lumineux. Ma terrasse est très agréable par beau temps. Un petit salon de jardin et quelques pots de fleurs et de plantes aromatiques lui donnent un air de campagne que j’aime bien. Lorsque j’ai des amis à la maison, je les reçois sur ma table en fer de six places. Les fauteuils assortis sont pourvus de coussins en velours vert prairie, turquoise, rose magenta, pourpre. Les pots sont eux aussi de couleurs différentes. J’ai un ami, René, qui m’a fait remarquer qu’il y avait trop de couleurs dépareillées. Il me proposa de choisir un seul tissu de couleur unie et il me confectionnerait des housses pour mes coussins. La proposition était alléchante. J’avais certains coussins un peu défraîchis. Leur redonner un coup de neuf ne pourrait être que positif. Il prit les mesures et revint quelques jours après avec des échantillons de tissus.

Un jaune ocre attira mon regard, mais j’optais finalement pour un vert émeraude. Il devait me rapporter le travail fini dans une quinzaine de jours. C’est ce qui me donna envie de repeindre mon appartement. J’allais dans un magasin de bricolage et je me mis en devoir de trouver les couleurs qui me convenaient. J’avais lu différents livres sur le sujet, qu’un ancien ami m’avait donné. Je les avais parcourus distraitement, d’abord, puis ils m’avaient passionné. J’avais une nette préférence pour le vert et le bleu, deux teintes qui s’accordaient avec mes yeux. J’ai des chemises à la coupe impeccable dont le bleu délavé est exactement de la même couleur que mon regard. J’avais rencontré, lors d’un rendez-vous pour une injection acide hyaluronique, un homme qui avait les mêmes yeux que moi, ce qui est rare. En réfléchissant bien, c’était la couleur qu’il me fallait pour repeindre ma chambre.

Mon salon serait en beige ; ma cuisine y était insérée, mais je repeindrais la hotte en rouge carmin. Un liseré de la même couleur encadrera la porte d’entrée et celle de ma chambre. Je me changeais et je commençais ce travail que je pensais long et fastidieux. En réalité, je me suis amusé. Je choisis, pour finir, de peindre une frise végétale autour de la porte vitrée qui donne sur la terrasse. Le résultat final me plut beaucoup. Je pris quelques photos que j’envoyais à mes amis. René me répondit tout de suite que les changements que j’avais faits étaient parfaits.