Quelles lunettes portez-vous ? - Caroline Dumais
Caroline Dumais

Éternelle rêveuse et optimiste, pour moi la vie vaut la peine d’être vécue malgré tout. La perte de ma mère à un âge très jeune, 9 ans, a fait de moi une fille qui mord dans la vie et qui ne baisse jamais les bras. J’ai la chance d’être bien entourée avec ma famille et mes amis et amies. Alors, avec ce blog, je vais partager avec vous mes hauts et mes bas, au gré de mes envies…

Quelles lunettes portez-vous ?

Quelles lunettes portez-vous ? - Caroline Dumais

Je reviens de mon rendez-vous de juvederm montreal, et je réfléchis sur la perception que nous avons du quotidien.

Lorsque vous vous exprimez, votre vocabulaire ressemble-t-il à cela : je travaille très fort,  la vie est dure, les factures sont douloureuses. J’affronte la dure réalité de la vie qui ressemble à un oignon qu’on épluche en pleurant. Les belles paroles sont bien jolies, mais la réalité est toute autre.

Ou bien, ressemble-t-il plutôt à ceci : j’ai confiance que tout va bien se passer, je vais avoir les réponses aux préoccupations du jour. J’apprécie la vie, j’accueille les imprévus et les changements, comme si je surfais sur des vagues et avec plaisir. La vie est passionnante, et je l’apprécie.

Si vous vous identifiez plutôt à la première série d’assertions, alors vos lunettes sont plutôt grises, anticipant le pire, et chaque geste est plutôt lourd physiquement, et psychologiquement.

Si vous vous identifiez plutôt à la seconde série d’assertions, alors vos lunettes sont plutôt roses, se laissant porter par la vague d’optimisme, de quiétude et de légèreté.

Ces deux états sont aux extrémités d’un continuum, et vous pouvez expérimenter différents états tout au long de la journée, selon les circonstances, selon votre état intérieur, selon ce que vous ressentez.

Peut-on changer la couleur de nos lunettes ?

Bien entendu, nous pouvons faire l’effort mental de regarder l’aspect positif de chaque situation. On peut aussi se développer personnellement en parcourant des blogs de bien-être, en lisant une pensée positive, en écoutant de la musique qui procure de la joie…

  • Le fait d’être actif va aussi contribuer à activer le taux d’endorphine et à se sentir mieux.
  • Reconnaissez régulièrement au moins trois actions que vous avez posées et dont vous êtes fier(e). Cela fonctionne.
  • Choisissez de danser dans les conversations, de voir le meilleur chez les autres, de vous appuyer sur leurs forces et non sur leurs faiblesses. Oubliez les scénarios catastrophiques dans votre tête.  Ne vous comparez pas aux autres. Faites votre chemin et appréciez-le.
  • Chaque matin est nouveau. Oubliez le négatif de la veille. Recommencez sur une page neuve.
  • Pardonnez les autres et pardonnez-vous chaque soir. Ne vous couchez pas avec un poids sur le cœur comme un fardeau que vous reprendrez le lendemain. Ne colportez pas de rumeurs négatives. Pour ma part, je limite aussi mon temps d’écoute d’actualités négatives.
  • Soyez généreux : sourire, paroles, dons, gestes d’ouvertures, informations utiles pour les autres… Semez la générosité comme une bonne semence qui lèvera et portera des fruits agréables.

Ces quelques gestes vous amèneront à une posture plus Zen, donc à porter des lunettes jaunes ou roses.